Parier sur le vainqueur de la Coupe du Monde 2018 : cotes et favoris des bookmakers

Parier sur le vainqueur d’une compétition telle que la Coupe du Monde est toujours un exercice compliqué. Le dernier Euro 2016 l’a d’ailleurs démontré : peu d’experts voyaient par avance le Portugal soulever la Coupe d’Europe. Pourtant, plusieurs signes faisaient de la Selecao un outsider dans ce tournoi. Nous allons donc commencer notre tour d’horizon des pronostics coupe du monde 2018 par LA question qui anime tous les parieurs :  qui va remporter la Coupe du Monde 2018 ?

Parier sur le vainqueur de la Coupe du Monde 2018 en Russie

Vainqueur de la Coupe du Monde : les cotes des bookmakers

Si les cotes sont sensiblement les mêmes d’un site de paris sportif à un autre, quelques différences existent toutefois. Aussi, j’ai calculé la moyenne des cotes données par les sites Winamax – Betclic – Unibet, PMU Sport et NetBet pour établir une hiérarchie des favoris des bookmakers. Voilà ce que cela donne :

Cotes au 18 avril 2018

Sélection Cote Winamax Cote Betclic Cote Unibet Cote PMU Sport Cote NetBet Cote moyenne
Brésil 5.00 4.75 5.50 4.80 4.50 4.91
Allemagne 5.50 4.75 5.50 4.80 4.50 5.01
France 7.00 5.50 6.50 5.40 6.50 6.18
Espagne 7.00 6.00 7.00 6.00 6.00 6.40
Argentine 10.00 9.00 9.00 8.00 10.00 9.20
Belgique 12.00 11.00 12.00 9.50 12.00 11.30
Angleterre 16.00 16.00 17.00 13 10.00 14.40
Portugal 25.00 18.00 23.00 18.00 25.00 21.80
Uruguay 25.00 25.00 31.00 26.00 30.00 27.40
Colombie 30.00 30.00 31.00 .00 35.00 30.40

Analyse des cotes


Petite surprise : c’est le Brésil qui sort favori, d’une très, très courte tête, sur l’Allemagne avec une cote moyenne de 4.91 ! La faute à Winamax qui a donné une cote légèrement plus basse au Brésil, sinon quoi les deux sélections nationales auraient affiché une cote strictement exacte. L’Equipe de France quant à elle figure bien dans le top 3, juste devant l’Espagne et loin devant l’Argentine de Leo Messi. La Belgique, pourtant 3e nation au classement FIFA ne pointe qu’à la 6e place avec une cote moyenne de 11.30.

Les ultra-favoris

L’Allemagne : candidat à sa propre succession (cote moyenne = 4.91)

La National Mannschaft remportait il y a 4 ans sa 4e Coupe du Monde, humiliant au passage le Brésil sur ses terres lors des demi-finales (7-1). Lors des qualifications pour ce mondial, le champion du Monde en titre a marché sur tout le monde dans son groupe C avec 10 victoires en autant de matchs, 43 buts inscrits et 4 petits buts encaissés. Comme d’habitude, il y aura de fortes chances pour que l’on dise à un moment : « …et à la fin, c’est toujours l’Allemagne qui gagne !« . Et si cela ne suffisait pas à vous convaincre, cette statistique devrait faire la différence : depuis 2006, l’Allemagne a atteint au minimum les demi-finales de chaque compétition internationale !

Le Brésil : l’autre ultra-favori (cote moyenne : 5.01)

Première équipe à avoir décroché son billet pour le Mondial lors des qualifications, le Brésil et ses 5 étoiles font peur : Neymar, Gabriel Jesus, Coutinho, Casemiro, Paulinho…La Seleçao sur le papier impressionne. Si tout le Brésil espère que Neymar sera rétabli à temps pour le début de la compétition, la sélection brésilienne a démontré qu’elle était moins « Neymar dépendante » que ce que l’on pouvait penser. Comme l’Allemagne, le Brésil fait toujours figure de favori en Coupe du Monde. D’ailleurs, le Pentacampeão est la seule sélection à avoir disputé les 21 coupes du monde à ce jour.

Les vainqueurs probables

La France – 6.18 : les Bleus font peur ! (cote moyenne : 6.18)

Finaliste malheureux du dernier Euro 2016, peut nourrir quelques espoirs d’un 2e sacre après sa victoire en 1998. Sur le papier, la France fait presque autant saliver que le Brésil : Griezmann, Pogba, M’Bappé, Giroud, Kanté…Emmenée par un Didier Deschamps ancien champion du monde lui-même, la France a en plus hérité d’un groupe plus qu’à sa portée avec l’Australie, le Pérou et le Danemark.

L’Espagne – 6.40 : le renouveau de la Roja (cote moyenne : 6.40)

En corrigeant l’Argentine (certes privée de Messi et de nombreux cadres) et en neutralisant l’Allemagne (1-1), l’Espagne a envoyé un message à la planète football : « il va falloir compter sur elle pour le Mondial 2018 » ! Les échecs de l’Euro 2016 et de la dernière Coupe du Monde ont incité l’Espagne à se remettre en question et à injecter du sang neuf dans la sélection. Invaincue depuis l’Euro 2016 (13 victoires, 5 nuls, 59 buts marqués, 12 encaissés), l’Espagne a largement de quoi effrayer ses futurs adversaires en Russie.

L’Argentine – 9.20 : la dernière chance de Lionel Messi (cote moyenne : 9.20)

Après avoir arraché sa qualification dans la souffrance contre l’Equateur, notamment grâce à Lionel Messi, l’Albiceleste rêve de faire un grand mondial en Russie. Le génie argentin n’a pas encore connu la consécration internationale après son échec en finale de la Coupe du Mond 2014 contre l’Allemagne, sans oublier ceux des finales de Copas América en 2015 et 2016.

Les outsiders

La Belgique – 11.30 : la consécration de la génération dorée belge ? (cote moyenne : 11.30)

Les Diables Rouges de Mark Wilmots seraient selon la FIFA « prêts à entrer au paradis ». Il faut dire que la génération dorée belge, 5e au classement FIFA, a acquis beaucoup d’expérience, notamment après avoir atteint les quarts de finale de la Coupe du Monde 2014 et de l’UEFA Euro 2016. Les Vincent Kompany, Eden Hazard, De Bryune, Fellaini et Lukaku jouent ensemble depuis près de 10 ans et ils vont débarquer en Russie avec beaucoup d’automatismes. Alors oui les Belges ne partiront pas avec la faveur des pronostics mais ils pourraient bien surprendre tout le monde, un peu à la manière du Portugal lors du dernier Euro.

L’Angleterre – 14.40 : le dernier carré pour les Trois Lions ? (cote moyenne : 14.40)

Pourquoi faut-il prendre très au sérieux cette équipe d’Angleterre ? Tout simplement parce que tous les joueurs qui la composent jouent dans le championnat le plus relevé au monde : la Premier League. Jorge Sampaoli, le sélectionneur argenti, en a d’ailleurs fait un de ses favoris pour le titre. Les Three Lions sont toutefois dans un groupe compliqué avec la Belgique, le Panama et la Tunisie et devront absolument éviter tout faux pas lors des phases de groupe. Emmenés par un Harry Kane étincelant cette saison, les britanniques ont de sérieuses chances d’atteindre le dernier sacré, et pourquoi pas, d’atteindre leur 2e sacre après celui de 1966.